Kikooboo en français ! Kikooboo in english !
  Dans ce carnet
  
 Prénom  milloz  Nom  mic56
 Age  24  Minimessages  Envoyer un message
 But du voyage  WH Visa  Durée du séjour  entre 9 et 12 m
 Date de départ  30/10/2005   Note: 3,2/5 - 99 vote(s).
 Description : 

[ Diaporama ]

[ Diaporama Flash ]

[ Vidéos ]

[ Suivre ce carnet ]

[ Derniers commentaires ]

[ Le trajet de milloz ]

[ Mes liens favoris ]

 Localisation : Australie
 Date du message : 14/12/2005
 Diaporama des photos de ce message
Page précédente Page suivante Retour liste messages Imprimer
 Retour sur le picking

Salut a tous,



Ca y est je donne de mes nouvelles. Je suis de retour de trois semaines de cherry picking (cueillette de cerises), jai pris la direction de sydney, certainement jusque la mi-janvier, je vais y passer noel et le nouvel an en tentant dy trouver un boulot.

Je vais tenter de vous retracer les moments forts de ces 3 semaines de picking riche en rencontres et en delire, certainement en plusieurs episodes pour que ce soit plus buvable. Je me suis tate sur la forme mais ce sera au present.



Le soleil commence sa descente dans le ciel, la chaleur est accablante, il est 15h30. A peine descendu du bus, quittant le confort de la climatisation, je regarde autour de moi, rien que des personnes agees qui pour la plupart viennent a young en villegiature ou ont profite d’un weekend pour aller voir de la famille a sydney.

J’apercois un jeune homme certainement plus vieux que moi, la trentaine, roux, avec pour seul baggage son sac coles et un tapis de sol. Je me dis que lui vient aussi tenter sa chance dans le fruitpicking. Je l’aborde toujours dans mon anglais tres approximatif. Il vient aussi pour le cherry picking, il n’a pas de boulot et vient en chercher directement sur place comme moi.



Si je comprend bien il veut faire le tour des fermes maintenant alors que moi jetais plutot parti pour trouver un backpacker pour poser mon sac. Il s’adresse a un homme qui doit etre de young au regard de son chapeau de cowboy et de son accent, il nous dit qu’il y a des vergers tout le long de la grande route.

Je minterroge quelques secondes et je lui demande si je peux laccompagner il me dit pas de probleme. Je me presente, il est australien, sappelle Ivan, a beaucoup dexperience dans le fruitpicking, il s’est fait voler tout son sac a Brisbane, il lui reste un jean, une paire de chaussures defoncees, une chemise, un tapis de sol et deux ou trios bricoles. Il na pas un centime en poche cest pourquoi il veut tout de suite trouver un job dans une ferme ou il pourra se loger car il ne peut pas franchir la porte dun backpacker ou dun hotel.



Cest parti pour 2 heures de marche sous le caniard avec pour compagnes de route une bonne centaine de mouches chacun. L’australie est repute pour ses kangourous, ses araignees tueuses, ses crocodiles, sa faune dangereuse mais le vrai probleme est la quantite terrifiante de mouches qui vous harcelent en permanence. Elles tentent de vous penetrer par tous les orifices : bouche, nez, oreilles…, vous tournent autour comme si vous etiez une grosse dejection, elles se coincent entre les lunettes et vos yeux pour une petite partie de flipper-pinball.

Au bout de 2 heures d‘une marche passablement harrassante, nous atteignons cherry heaven, un gros producteur, le patron nous voit arriver transpirant de toutes parts. Assez interloque il nous dit sechement : “ j’ai rien pour vous, il faut appeler avant, la saison n’est pas commencee”. Grosse deception. On lui demande si on peut sinstaller sur sa terrasse, il nous dit ok pendant qu’Ivan ne cesse de le traiter de batard, je bois ma demi bouteille d’eau en me disant qu’il faut retourner en ville.

Le patron repasse nous voir. Ce coup-ci il est moins tranchant, il discute un peu, je ne comprends pas grand chose mais certainement tenaille par un petit remord du a la facon don’t il nous a accueilli, il nous propose de nous amener en voiture au camping. Il nous conseille daller voir demain dans les agences de recrutement car aujourd’hui cest Dimanche et tout est ferme. Il nous depose a 500 metres du camping car il a trop bu et ne veut pas rencontrer la police.



Arrive au camping sans tente, je paye un emplacement pour deux et je decide daller acheter a manger. Des indiens sont presents dans le camping depuis deux jours eux aussi a la recherche d’un job. Ils nous dissent que la nuit est sacrement fraiche. Apres un bon diner je vais me coucher emmitoufle dans mon sac de couchage mythique, mes deux paires de chaussettes, mes deux pulls et ma veste a portee de main. Je plains mon compagnon d’infortune a qui je prete ma serviette de plage. La nuit a ete tres fraiche, Ivan a essaye de dormir dans la cuisine pour se proteger du froid, moi jai resiste, mieux equipe que lui.



Apres nous etre inscrit dans toutes les agences possibles et qu’elles nous aient toutes repondues que la saison netait pas commence mais que si les nuits deviennent plus chaleureuses les cerises vont murir rapidement, je decide de faire un tour dans la ville. Au gre de la marche, je decouvre une ville qui me rappelle les BD Lucky Luke ou les villes du far west. Des maisons petites et carrees, des rues larges, les maisons sont separees, elles ne sont pas collees comme on a l’habitude de le voir en bretagne. Je decide dacheter une petite tente pour 20 dollars et un chapeau, indispensable pour contrer l’agression du soleil sur mon visage. De son cote Ivan a ete voir saint Vincent de paul qui lui ont donne un sac de nourriture et lui paye le camping. Les discussions sont limitees par la faiblesse de mon anglais toujours et encore. On rencontre Luke au camping, un neerlandais de 19 ans qui est arrive en Australie depuis 2 semaines mais qui voyage depuis trois mois : suede, finlande, moscou, transsiberien jusque Beijing, puis Taiwan et l’avion jusque l’Australie.



Dans la soiree, un van sarrete a cote de moi dans le camping, je crois entendre mon nom, je me retourne et je retrouve Lea et Andreas que javais rencontre a Sydney. Ils viennent passer la nuit au camping pour prendre une douche. Ils sont aussi la pour le picking mais eux ont trouve un travail par un coup de chance. C’est pas trop mal paye mais il faut avoir un moyen de transport.



Avec Luke et Ivan nous decidons de partir de bonne heure demain matin faire le tour des fermes. Cette tentative sest acheve par trios heures de marche sur un cinglant echec. Mais de retour au camping, les autres m’ayant precede, j’apprend que Luke a rencontre a la sortie de l’agence de recrutement un fermier qui vient nous chercher a midi. Il a du travail pour six semaines, le logement est gratuit avec la doiuche et la cuisine. Effusion de joie. Tout le monde dans l’eau tres fraiche de la piscine.





Voila comment il est possible de raconter ces trois semaines mais ca risque detre tres long. A mes grands regrets je vais resumer.







« Certains pensent qu\'ils font un voyage, en fait, c\'est le voyage qui vous fait ou vous défait. »

Nicolas Bouvier











Note: 0/5 - 0 vote(s).
Syndication :

Précédent - Suivant - Retour à la liste des messages

Laisser un commentaire

Kikooboo.com (Carnet de voyage / blog gratuit et Assistant de voyage) recommande Get Firefox!
 Publicité : pub-wwfpub-greenpeacepub-amnesty